Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe participe à sauver des vies

Ministre Massena Ngalle Bibehe

N’allez surtout pas assimiler Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe à un médecin urgentiste. S’il n’en est pas un, on pourrait tout de même dire qu’il est « un médecin très préventif ». En tout cas, pour l’année 2021 qui vient de s’achever, le ministre des transports s’est illustré de manière positive au travers des innovations qu’il a apportées dans le département ministériel dont il a la charge.




S’il est à indiquer que les missions du ministère des transports participent de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de transport et de sécurité routière. Autrement dit, si ce département ministériel est chargé d’étudier et de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre des mesures législatives ou réglementaires relatives aux transports ; d’étudier et de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre des mesures législatives ou réglementaires relatives à la sécurité et à la prévention routières, en liaison avec les autres administrations concernées ; de veiller au développement coordonné de tous les modes de transport , d’assurer ou de contrôler l’organisation et le fonctionnement des transports aériens, routiers, ferroviaires, maritimes et fluviaux ; d’assurer ou de contrôler l’organisation et le fonctionnement des transports routiers et de la sécurité routière, en liaison avec les administrations concernées ; du suivi de la mise en œuvre et l’exécution du plan sectoriel des transports; de l’aviation civile, des navigations fluviale et maritime, des transports routiers et ferroviaires et de la météorologie ; de concourir à la formation professionnelle des personnels des transports; du suivi des activités de la société Camrail,

Autrement sur Ngalle Bibehe

s’il lui revient de suivre les affaires de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne (Asecna) et toutes celles relatives à la sécurité aérienne, s’il assure la liaison entre le Gouvernement et l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (Oaci), l’Organisation Maritime Internationale (Omi), ainsi que l’Organisation Mondiale de la Météorologie (Omm), en liaison avec le Ministère des Relations Extérieures, au-delà de la tutelle exercée sur certaines structures : les Ports Autonomes et sur tous les Organismes Publics ou para publics relevant de son secteur de compétence, notamment : l’Autorité Portuaire Nationale (Apn) ; la Société Aéroports du Cameroun (Adc) ;  l’Autorité Aéronautique « Cameroon Civil Aviation Authority » (Ccaa);  la Cameroon Airlines Corporation (Camair Co) ; le Conseil National des Chargeurs du Cameroun (Cncc),aspect pour lesquels l’activité a été intense au cours des douze derniers mois, le fait qui aura le plus marqué les esprits des camerounais, c’est cette détermination à réduire le nombre d’accidents de circulation sur les axes routiers du triangle national.




En effet, il s’inscrivait déjà dans les esprits que les routes camerounaises comptaient parmi les plus dangereuses d’Afrique. C’est face à cette situation que Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe n’a cessé de remuer ses méninges en vue de trouver des solutions qui participeraient à aménager cette situation. Aussi a-t-il mis un point d’honneur sur la prévention et la sécurité routière. Ce qui a conduit, en vue d’une plus grande responsabilisation dans la gestion du personnel navigant des agences de voyages terrestres, à l’installation des caméras de surveillance dans 100 bus de transport interurbain appartenant à diverses agences de voyage, desservant les axes Yaoundé-Douala ; Douala-Bafoussam et Bafoussam-Yaoundé, le « triangle de la mort ».

Cette initiative s’est inscrite dans le cadre du projet de gestion et de suivi intelligent et centralisé du transport interurbain. Laquelle a été lancée le 27 septembre 2021. Les résultats ont été assez édifiants, notamment durant la période de grande migration que constituent les fêtes de fin d’année. Un autre aspect qui aura aussi retenu l’attention, c’est cette volonté à fluidifier le transport des marchandises le long des corridors Douala-Bangui, Douala N’Djamena. Le doigté du ministre Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe aura aussi été d’une grande importance en ce sens qu’il a participé à désamorcer des mouvements d’humeur qui aurait pu paralyser ce secteur d’activité et provoquer d’énormes préjudices aux pays de l’hinterland que sont le Tchad et la République centrafricaine. En somme, en qualité de serviteur de la Nation, cette attitude du ministre des transports est de celle qu’on aimerait avoir dans tous les aspects de la vie : servir prioritairement les autres.

Laisser un commentaire