Site icon Ça Presse

Autoroute Yaoundé-Nsimalen : Quel impact ?

Autoroute Yaoundé-Douala

Autoroute Yaoundé-Douala

Si l’on se satisfait encore de ce que cette autoroute ait été finalement ouvert à la circulation, ce qui devait incontestablement arriver, il est beaucoup plus question de voir et de comprendre quels effets, quels sont les retombées d’un tel investissement. L’autoroute Yaoundé-Nsimalen a été ouverte à la circulation et inaugurée par Célestine Ketcha Courtès, ministre de l’habitat et du développement urbain. C’était le 05 janvier 2022, à quatre jours du coup d’envoi de la Can Total Energie 2021. Si tout le monde s’accorde à dire que ce tronçon routier long de 11 kilomètres participera de la fluidité du trafic pendant la Coupe d’Afrique des Nations, il reste qu’après cette compétition, l’infrastructure non seulement ne sera pas fermée, mais restera et continuera de faire la fierté de tout un peuple.




« Ce projet matérialise la promesse faite par le Chef d’Etat, le Président de la République Paul Biya aux populations riveraines notamment celles de Bikok de désenclaver la zone«, avait notamment indiqué Mme Ottou Crescence Odette, maire de Bitok. D’amblée, on réalise que cette autoroute constitue l’un des axes routiers qui induira la fluidité du trafic routier pendant la Can.

Ce qui ne constitue pas le seul avantage que peut procurer la construction d’une autoroute. Ce qui est immuable, c’est le fait qu’emprunter une autoroute participe de la réduction du temps de parcours d’une distance donnée et la limitation de vitesse y est plus élevée, ce qui permet de réaliser des trajets plus rapides que par le réseau secondaire (route nationale). L’autre avantage est le niveau d’équipements et de services qu’on peut trouver sur l’autoroute : aires de repos, stations-service, restaurants, toilettes… Ce qui sera certainement le cas une fois que l’autoroute Yaoundé-Douala sera livrée. Autrement dit, l’autoroute bonifie les possibilités de développement économique des territoires adjacents.




Mais l’autoroute comporte également plusieurs inconvénients, et notamment le coût du péage, qui peut s’avérer salé. Quand bien même il a été indiqué que l’autoroute Yaoundé-Nsimalen doit être libre de de tout encombrement. Ou qu’un centre de vidéo-surveillance sera actif en vue de filmer toutes les personnes et activités non autorisées sur cette autoroute et les contrevenants répondront de leur acte, il reste qu’au plan économique, cet axe va contribuer à faire de Yaoundé, une plaque économique, une vitrine solide au cœur de l’Afrique centrale.

Quitter la version mobile