Aménagement urbain Ketcha Courtès à Ebolowa

Le Ministre de l’habitat et du développement urbain (Minhdu) a séjourné le 1er Novembre 2021 dans le chef-lieu du département du Dja et Lobo en vue de procéder à une évaluation des travaux d’aménagement urbain de la ville natale du chef de l’Etat pour des raisons évidentes.




Si tous les regards sont fixés sur l’aménagement qu’il y a à apporter dans les métropoles régionales, qui ont été retenues pour abriter autant les officiels que les équipes et matches relatifs à la Coupe d’Afrique des Nations de Football (Can Total Energie 2021) que le Cameroun va abriter du 09 janvier au 06 février 2022, il n’empêche que le développement relevant de la politique de la décentralisation, suive son cours. C’est dans ce cadre que le Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain (Minhdu) a effectué le 1er Novembre 2021,  une visite de travail dans le département du Dja et Lobo, Région du Sud.

Y étant, Célestine Ketcha Courtès s’est intéressée à quelques aspects : les travaux d’aménagement routier urbain en cours dans la ville de Sangmélima et ceux relatifs à l’aménagement de la place Paul Biya et son  monument en construction, et ceux portant sur le lac municipal. Aussi, la présence à ses côtés des responsables des services Techniques de son département ministériel tout comme ceux du Feicom, n’était-elle pas superflue.

Et le Feicom

C’est à ce propos que Jean Faustin Bekono, maire de la ville de Sangmélima, a laissé entendre que cette visite de travail ne se situait que dans la logique du développement harmonieux de toutes les métropoles camerounaises : «  En répondant sans condition à notre sollicitation, à travers une journée de travail et de descente sur le terrain pour la construction et l’aménagement des édifices qui permettront de célébrer l’architecte du Cameroun moderne, vous confirmez comme nous le savons déjà votre place de fille dynamique et engagée du Chef de l’État », avait en son temps déclaré l’édile municipal de Sangmélima. On était alors le 06 Avril 2021 lors de son dernier passage  dans cette cité.




Sept (07) mois après, revoici Célestine Ketcha Courtès pour un suivi-évaluation au terme duquel elle a marqué toute sa satisfaction : « Je suis très heureuse de ce que j’ai vu », a avancé le Minhdu avant d’ajouter : « Je voudrais remercier tous les acteurs : le Feicom, le Ministre Directeur du Cabinet Civil, le Mintp. Bref, tous les acteurs qui se sont mis au tour de ce projet qui vise à magnifier, à marquer une reconnaissance à ce grand bâtisseur, à ce saint homme (Ndlr : le Président Paul Biya) qui a su transformer les villes du Cameroun en lieux où il fait bon vivre, en villes modernes ». Ensuite, elle a relevé au passage les bienfaits de la politique de décentralisation qui, au fils des ans, se manifeste et se traduit de manière concrète dans les faits : « partout où vous aller au Cameroun, à Douala, à Bafoussam, à Garoua, vous allez voir, à travers la décentralisation, à travers la coopération, les projets d’investissement public, comment le chef de l’Etat a dirigé les choses vers la métamorphoses des villes ».

Souhaits sur aménagement

Il faut dire, s’agissant du monument Paul Biya, qu’il est implanté au lieu-dit Avebe-Yekombo : Carrefour mythique et point de convergence vers les municipalités de Meyomessala, Meyomessi, Djoum, Oveng, Mimtom et les pays voisins tels que le Congo et le Gabon.  En prélude à cette visite du ministre Ketcha Courtès, le maire de Sangmélima était déjà descendu dans ces différents chantiers, notamment sur l’axe marché moderne-Meyo, où les dalots ont été coulés afin de définir et d’amorcer la réalisation de la plateforme de la chaussée et ses accotements.




Il en avait été de même sur les sites du chantier du monument Paul Biya, la réfection du tronçon Mepho (entrée nord de la ville), place de l’envol au centre ville. Cette constance sur les sites en chantier témoignait à  suffisance de la volonté du Maire de la Commune de Sangmélima, de s’assurer de la bonne réalisation de ces travaux porteurs d’un souffle nouveau dans la municipalité.

C’est dans cette logique que le souhait émis par le ministre de l’habitat et du développement urbain revêtait tout son sens : « Je pars de Sangmélima confiante de ce que les entreprises vont respecter les délais et que nous allons d’ici 2022 continuer et accompagner la mutation que le président de la République veut de nos villes, à commencer par Sangmélima ».

Laisser un commentaire