Site icon Ça Presse

Brésil : la police tue 25 membres d’un gang de braqueurs lors d’une opération

Police et militaires brésiliens en opération

Police et militaires brésiliens en opération

Dimanche, 31 octobre dernier, la police de l’Etat de Minas Gerais, dans le sud-est du pays a frappé un grand coup en tuant 25 membres d’un gang spécialisé dans les braquages. En août dernier, ces braqueurs lourdement armés ont semé la terreur dans le centre-ville d’Araçatuba, ville de 200.000 habitants de l’Etat de Sao Paulo, en utilisant des drones, des explosifs et en positionnant des otages sur le toit de leurs voitures pour protéger leur fuite, une attaque qui a fait trois morts.




« Il y a 25 criminels qui sont morts et il n’y a pas de blessé », a confirmé une source de la police routière fédérale du site internet 20 minutes. L’opération, organisée conjointement avec la police militaire, a eu lieu dans la commune de Varginha.

Alors que des « membres d’une organisation criminelle spécialisée dans les braquages de banques et de distributeurs de billets » préparaient l’attaque de plusieurs agences bancaires de la ville, nous apprend le site, les forces de sécurité ont fait irruption dans deux fermes. Dans l’une des propriétés, les échanges de tirs avec la police ont fait « 18 morts » et l’assaut du second bâtiment a fait sept morts, a détaillé la source policière, précisant qu’il n’y avait pas de victimes parmi les forces de l’ordre.

Droits de l’Homme

Ici, ne nous dites ni d’attendre qu’ils se rendent gentiment, ni de négociations, encore moins de droits de l’Homme quoique ces braqueurs semaient sûrement la même mort et la même désolation par actes terroristes sur les populations et les institutions financières du Brésil. Que n’aurait-on pas dit si cela était arrivé dans un pays africain ?




Le monde entier allait parler de Droits de l’Homme et invoquer des possibilités de capture sans trop de casse. Non seulement cela, on aurait traité la police de tous les noms de criminels en la mettant au même niveau que ceux qui sèment la mort dans des familles.

Quitter la version mobile