Procédures de gestion financière dans l’Adamaoua : la circulaire du Minfi expliquée

Mise au point sur les procédures de gestion financière à Ngaoundéré

Tout est clair à présent dans les procédures de gestion financières pour les Receveurs municipaux et contrôleurs financiers de l’Adamaoua. Les mécanismes y relatifs leur ont été expliqués le 12 octobre dernier à Ngaoundéré dans la salle des Actes de la mairie de la ville, suite à la circulaire du ministre des Finances, Louis Paul Motaze, rendue publique et traitant des dépenses des crédits transférés aux collectivités locales.




La circulaire du ministre des Finances se veut claire. Elle ambitionne de mieux outiller les comptables de la circonscription financière de l’Adamaoua dans le traitement des dépenses transférées aux Collectivités Territoriales Décentralisées pour un meilleur suivi et un contrôle optimal du budget de l’État.

Pour le chef de mission, Marouane Mohamadou, les comptables doivent désormais s’arrimer aux textes en vigueur : « il a été constaté que les dépenses qui sont inscrites dans le budget de l’État et qui sont ensuite transférées aux Collectivités Territoriales Décentralisées, ne sont pas toujours exécutées conformément à la réglementation en vigueur. Le ministre des Finances a tenu à ce que nous fassions des missions de terrain afin de sensibiliser les Receveurs Munipaux (RM) et les Contrôleurs Financiers sur le fait qu’il existe bel et bien une réglementation en la matière et que cette réglementation doit être appliquée à la lettre », a-t-il déclaré.

5 recommandations pour les procédures

Au terme des exposés et échanges qui ont meublé les travaux, cinq recommandations ont été formulées parmi lesquelles : la nécessité de collaboration entre receveurs et contrôleurs financiers, et de partage des connaissances entre la hiérarchie et les collaborateurs ; le respect scrupuleux du circuit d’exécution des dépenses sur les crédits transférés ; le respect des délais dans le dépôt de situation périodique ; poster le fonctionnement des comités de trésorerie dans les différentes communes afin que les RM se rassurent que les lettres de commande ont fait l’objet du visa budgétaire avant le 15 octobre de l’année en cours.




Le Trésorier Payeur Général de Ngaoundéré, Ahmadou Njomna, quant à lui, a exhorté les RM au respect des procédures et des étapes de traitement : « j’espère que les connaissances acquises ici ne resteront pas lettre morte, il faut laisser la place à chaque acteur important de la chaîne pour qu’il puisse intervenir dans son domaine pour un traitement efficace, rapide et sérieux des dépenses transférées ». et d’ajouter : « Les ressources propres des Communes et celles qui leur sont transférées par l’Etat constituent des deniers publics, dont la gestion doit obéir aux procédures et mécanismes officiels en vigueur. Cette gestion est soumise aux contrôles de tutelle et des institutions spéciaisées ».

Promesses et engagements

Satisfaits et désormais outillés, les participants à ces travaux ont pris l’engagement de mettre en application les enseignements reçus pour plus d’efficacité et de célérité dans la gestion des finances publiques : « Nous avons été édifiés, aujourd’hui sur certaines procédures ; ce qui a été très bénéfique pour nous. Nous voulons une franche collaboration comme aujourd’hui avec la hiérarchie pour des meilleurs résultats ».




Cet engagement de Mvogo Francis Constant, Receveur Municipal de la commune de Ngaoundal a été partagé par tous les autres ayant pris part à cette séance de formation à laquelle on a noté les présences du Trésorier Payeur Général par ailleurs président de séance, du chef de mission du ministère des Finances, du Contrôleur Financier Régional, du Contrôleur Financier spécialisé en service à l’université de Ngaoundéré, des Receveurs Municipaux (les comptables).

Laisser un commentaire