PAD – ANOR : un accord cadre en toute normalité au Cameroun

Accord PAD-ANOR

PAR Ibra saldio

Les documents d’un accord entre le PAD et l’ANOR ont été paraphés le 15 octobre 2021 par Cyrus Ngo’o et Charles Booto à Ngon, respectivement Directeur général du Port Autonome de Douala et Directeur Général de l’Agence de régulation de la Norme. La salle des conférences du Pad a servi de cadre à cet évènement.




Une Norme est un document établi par consensus et approuvé par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques, pour des activités ou leurs résultats garantissant un niveau d’ordre optimal dans un contexte donné. En se référant à cette définition, il y avait lieu de comprendre l’intérêt que les deux entités que sont le Port Autonome de Douala(PAD) et l’Agence de Régulation de la Norme et de la Qualité (ANOR), avaient à signer un accord cadre. 




De ce fait, les deux structures représentées au plus haut niveau par leurs Directeurs généraux, entourés par leur plus proches collaborateurs, se sont retrouvés dans la salle de conférence du Port Autonome de Douala pour cette circonstance historique quand on sait quel rôle joue le Pad pour l’économine nationale et même de la sous-région et principalement pour les mays de l’hinterland.

Une nouvelle page

Etant entendu que pour aboutir à une norme qui soit respectée par tous, c’est un long processus, c’est pour cela que Cyrus Ngo’o, au-delà des mots de bienvenue à l’endroit de ses hotes, a insisté sur le fait que cette cérémonie marquait le début d’une nouvelle page dans le cadre des relations entre les deux entreprises. Dans cette même logique, on pouvait aussi comprendre qu’il s’agissait d’un autre aspect relatif aux réformes entreprises avec de plus en plus de succès au sein du PAD.




Charles Booto a Ngon, Directeur Général de l’Anor, de son côté, n’a pas manqué de dire toute sa satisfaction quant à l’aboutissement de ce processus, qui est une preuve de ce que le Pad est résolument tourné vers la modernité. C’est d’ailleurs en raison de cela qu’il a jugé utile de présenter les enjeux de cet accord-cadre qui rapprochera les deux structures, et qui accroitra encore davantage le rayonnement du Pad dans le golfe de Guinée.




Et quand on sait que l’Anor a pour mission : l’élaboration et l’homologation des Normes, la certification et l’évaluation de la conformité aux Normes, la promotion des Normes et de la Démarche Qualité, la coopération avec les organismes internationaux et les comités spécialisés dans les domaines de la normalisation et de la qualité, les études et propositions de mesures relatives à la normalisation et à la qualité, il y avait lieu de se féliciter de cet heureux aboutissement.

Engagements réciproques

Du contenu de cet accord, « il définit les conditions et les modalités d’action que les deux parties mèneront en collaboration dans le cadre de la réalisation des prestations d’études, d’assistance technique, et autres prestations s’inscrivant dans le champ d’expertise de l’Anor, dans le domaine de la normalisation et de la qualité, comme le précise l’article du dit accord-cadre », a fait savoir Booto à Ngon.




Et comme un accord suppose des engagements réciproques, les domaines dans lesquels les deux parties axeront leur coopération dans le renforcement des capacités des ressources humaines, les échanges d’expérience sur les thèmes précis choisis à l’avance. Spécifiquement, il s’agira d’une assistance technique à la réalisation des études, de l’accompagnement dans la certification et l’évaluation de la conformité aux normes, de l’accompagnement dans la promotion des normes et la démarche qualité, de l’accompagnement dans la coopération avec les organismes internationaux et les comités spécialisés dans les domaines de la normalisation et la qualité, de la réalisation des études et la proposition des mesures relatives à la normalisation et la qualité.

Obligations issues de cet accord

En ce qui est des obligations des parties, la mise à disposition des informations en temps utiles, l’organisation des séminaires, la négociation et la signature des conventions spécifiques pour la réalisation des prestations, apparaissent au premier plan.




Aussi l’Anor se chargera-t-elle de l’élaboration des chronogrammes pour la mise en œuvre du plan d’actions en vue de la formation et la sensibilisation du PAD, l’élaboration de la cartographie des risques, la préparation des audits à blanc, ou alors la mise en œuvre de toute autre action visant la conduite à bonne fin du projet. Il reviendra alors au Port Autonome de Douala d’exprimer clairement ses besoins à l’Anor, de mettre à la disposition son personnel à former, approuver après examen la méthodologie d’intervention proposée par l’Anor, entre autre.




A propos du financement, les parties se sont engagées à mobiliser les moyens financiers spécifiques pour la réalisation de leurs objectifs dans la limite de leurs ressources financières et conformément à la règlementation en rigueur, ceci à coût réel. D’une durée de cinq ans renouvelable par accord tacite de reconduction sauf dénonciation de l’une des parties, trois mois avant le terme, et sans indemnisation, cet accord-cadre a pris effet le 15 octobre dernier. Comme on peut le constater, la marche vers la modernité engagée par le PAD se poursuit.

Laisser un commentaire