Site icon Ça Presse

Hausse des Prix : le GICAM de Célestin Tawamba à l’œil du Ministre Mbarga Atangana

Le Ministre Luc Magloire Mbarga Atangana et célestin Tawamba

Le Ministre Luc Magloire Mbarga Atangana et célestin Tawamba

La pandémie du covid-19 fait des ravages sur l’économie mondiale et ses effets néfastes se font ressentir logiquement sur les prix des matières premières. Face à cette situation, le gouvernement de la république, à travers le ministre du commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, est allé, ce 4 octobre 2021, à la rencontre  des opérateurs économique du secteur privé.




La rencontre du ministre du commerce avec les membres du Groupement inter-patronal du Cameroun (GICAM) avait pour but de trouver des solutions efficaces pour contenir l’impact préjudiciable de la pandémie du covid-19 sur l’économie camerounaise. A cet effet, le président du GICAM, M. Célestin Tawamba, s’appuyant sur le contexte difficile actuel, a estimé que l’heure n’était plus de discourir mais d’agir. Il a donc profité de l’occasion pour montrer, à partir des chiffres, les difficultés  que rencontrent les opérateurs  économiques camerounais : par exemple, la hausse des matières premières est passée de 30% à 200%. Quelques chiffres : pétrole = 08% ; aluminium = 50% ; fongicide = 40% ; fer = 97% ; clinker = 87% ; engrais = 72% ; etc. Par ailleurs la hausse du fret maritime est de… 400% !

Mbarga Atangana au four

Au regard de la flambée vertigineuse des prix de ces matières premières, force est de constater que les entreprises camerounaises seront inévitablement dans la tourmente et les conséquences socio-économiques désastreuses. Les entreprises pourront revoir à la hausse leurs coûts (hausse des prix de leurs produits) ; réduire leurs dépenses (licenciements, baisse des stocks) … Face à cette situation prévisible, M. Célestin Tawamba, a proposé des solutions qu’il veut communes pour affronter ces temps difficiles : ajustements des prix – réduction de la Tva – allègement fiscaux – suspension de certaines taxes – révision du système fiscal – subventions ponctuelles.




Considérant le tableau inquiétant présenté par le président du GICAM, Luc Magloire Mbarga Atangana a proposé quant à lui, que les pouvoirs publics, le secteur privé, les consommateurs et la société civile se serrent les coudes pour traverser ensemble ces moments difficiles, étant entendu que la responsabilité doit être collective et que la paix n’a pas de prix. C’est pourquoi, le gouvernement, comme toujours, prendra les responsabilités qui sont les siennes en soutenant et accompagnant le secteur privé sur les propositions des solutions réalistes. Mais le ministre du commerce n’a pas omis de dénoncer certaines pratiques qui plombent souvent l’action gouvernementale. Il a donc souhaité que les règles du multilatéralisme soient respectées.




Pour sa part, le représentant du Port Autonome de Douala, a informé l’assistance sur certaines actions déjà engagées pour baisser les coûts des frets, une décote de 40% est désormais appliquée sur certains produits de première nécessité et un système de gestion du trafic va être mis en place. En somme, cette rencontre est bienvenue mais les fruits suivront-ils les promesses des fleurs ?

Quitter la version mobile