Atrocités de Kumba : la condamnation qui vient du Ndé

Pancarte de bienvenue à Kumba

Kumba. Si la célébration du 38ème anniversaire de l’accession à la magistrature suprême de Paul Biya n’a pas donné droit à de grands meetings populaires comme par le passé, il est apparu dans les échanges qui ont eu lieu entre Célestine Ketcha Courtès et ses camarades, une condamnation sans réserve des atrocités et assassinats commis sur les élèves du complexe scolaire Mother Francisca International Bilingual Academy de Fiango à Kumba.




Un anniversaire, c’est généralement un moment de réjouissance, que ce soit dans le cadre familial ou dans une famille politique. C’est un événement qui donne lieu à des effusions de joie et dans une certaine mesure, au partage et remise des cadeaux. Si les militants, à l’occasion  du 38ème anniversaire de l’accession à la magistrature suprême du président Paul Biya, ne sont pas sortis de ce canevas, il est tout de même advenu que le spectre des assassinats des élèves du complexe scolaire Mother Francisca International Bilingual Academy de Fiango à Kumba, ait plané sur cette célébration.




En témoigne la minute de silence observée à cet effet. Mais une autre image forte, vécue par tous ceux qui étaient rassemblés à la maison du parti RDPC de Bangangté, aura été cette tenue arborée par les militantes du RDPC ce 6 novembre. On a constaté en effet qu’elles portaient toutes des foulards noirs avec une bande de couleur rouge. Assez illustratif de la tristesse, de la peine qu’elles ressentaient pour le sang des innocents versés il y a peu à Kumba.

Kumba ou la consternation àau Ndé

Au-delà de la compassion et du recueillement, c’était davantage de la consternation pour les Militantes de l’OFRDPC au sujet de ces évènements tragiques. Il s’agissait aussi de passer un message fort à propos, à travers des banderoles confectionnées à cet effet et sur lesquelles, jeunes de l’OJRDPC ou femmes de l’OFRDPC, ont réaffirmé leur soutien à l’Homme de Paix, au mendiant de la paix qui s’est toujours investi pour préserver le Cameroun du chaos. Cette occasion leur a aussi permis de réaffirmer leur engagement à être des vecteurs de la paix et d’unité nationale appelées des tous ses Vœux par leur Président National et Président de la République. Sans la moindre équivoque, ils ont dit ‘’NON’’ à la violence et ont condamné avec la dernière énergie les attaques de Kumba qui ont coûté la vie à sept enfants innocents, en quête du savoir, lâchement abattus ce fatidique 24 octobre 2020 dans une école primaire de Fiango.




Jonas Kouamouo, Président de la Section RDPC Ndé Nord et Maire de Bangangté, le chef de la Délégation Permanente départementale du Comité Central et Célestine Ketcha Courtès ont appelé à un front commun pour bannir la violence, la peur : « Il faut que nous sachions maintenir un climat de paix pour que les grandes réalisations de notre Champion dont nous fêtons l’accession à la magistrature suprême soient visibles et concourent au mieux-être de nos populations ».




Si en filigrane, la célébration du 38ème anniversaire de l’accession à la magistrature suprême du président Paul Biya fut une grande réussite, la condamnation des atrocités infligées aux élèves de la Mother Francisca International Bilingual Academy de Fiango à Kumba, a été unanimement manifeste. En témoigne aussi cette indignation des Chefs supérieurs et traditionnels du collège électoral des chefs traditionnels, notamment les chefs supérieurs Bangangté et Bazou, tout comme celle de la Reine-mère Célestine Ketcha Courtès.

Laisser un commentaire