Formation au CFPE : le directeur Amadou Bobbo promet la mise en ligne des cours

Le directeur Amadou Bobbo du CFPE

Formation. « Tous nos cours seront, cette fois-ci, en ligne et le seront aussi en présentiel », Amadou Bobbo Directeur du CFPE

Monsieur Amadou Bobbo, comment tenez-vous face au Covid-18 ?

Nous avons enregistré la baisse des effectifs dans notre Centre, mais malgré tout cela nous avons pris des dispositifs et des mesures pour faire barrière à cette maladie ; par exemple, nous avons placé des dispositifs à l’entrée du Centre. Donc à l’entrée de chaque département ou de chaque atelier, nous avons mis d’autres dispositifs pour le lavage des mains. Aujourd’hui, nous allons remettre les cache-nez à tous nos apprenants pour qu’ils soient protégés et pour que l’année de formation se déroule sans Covid-19 ou que le risque soit véritablement minimisé. Mais l’innovation que nous apportons cette année, c’est au niveau de l’ingénierie de la formation. Et, en ce qui concerne cette ingénierie, nous allons mettre l’accent, cette année, sur le numérique parce que la formation va se dérouler en ligne et en présentiel. Nous allons aussi mettre sur pied la formation par alternance, c’est-à-dire que les étudiants vont passer un certain nombre de jours au niveau du Centre et d’autres en entreprise. Cela nous permet d’éviter d’avoir le trop plein d’effectif au niveau du centre de formation professionnelle. Voilà des mesures que nous avons prises pour combattre le Covid-19. Nos effectifs, c’est 30 apprenants qui seront divisés en deux groupes comme suit : 15 seront au Centre pendant deux semaines et 15 seront en entreprise, et inversement. Voilà comment nous allons procéder.

L’innovation porte aussi sur les spécialités. Nous allons ouvrir cette année les spécialités « hôtellerie–restauration », « froid et climatisation » et « comptabilité informatisée et gestion ». Au niveau de l’ingénierie, la formation à distance sera véritablement opérationnelle. Tous les apprenants doivent être dotés de tablettes ou d’ordinateurs pour recevoir les formations en ligne. Tous nos cours seront, cette fois-ci en ligne et le seront aussi en présentiel. Le mixage de ces deux modes de formations doit permettre que nous atteignions les objectifs que nous nous sommes fixés, c’est-à-dire de doter les apprenants de compétences qui leur permettent d’accéder plus facilement au marché de l’emploi.

Est-ce que vous avez des difficultés jusqu’ici ?

Les difficultés, c’est beaucoup plus au niveau de l’effectif, parce que le coût de la formation est élevé pour le camerounais moyen et avec la crise du covid-19, les entreprises n’envoient plus suffisamment des apprenants ou leurs stagiaires en formation et cela a impacté sur notre effectif, sur notre budget et sur la qualité de l’apprentissage, étant entendu que la baisse des effectifs entraîne forcément la baisse du budget qui aura un impact, à son tour, sur la matière d’œuvre destinée à la formation. Voilà la principale difficulté. Il y a une autre innovation au niveau des textes de lois de formation professionnelle, il y a le décret du premier ministre qui vient réglementer cette formation. Nous sommes donc en situation de rénovation de la formation professionnelle dont lesdits textes de lois en font une priorité nationale. A travers le décret d’application de ces textes de lois du premier ministre, nous allons mettre en branle beaucoup de choses pour que la formation professionnelle puisse véritablement déboucher sur un emploi.

Et quel est le coût de la formation au CFPE ?

Le coût varie en fonction des spécialités : il y a des formations de 500.000 FCFA, pour les métiers industriels ; de 400.000, FCFA pour les métiers du tertiaire ; de 300.000 FCFA, pour les métiers de bureautique. Voilà les coûts de formation pratiqués au niveau de notre centre de formation professionnelle. Si l’état peut mettre à notre disposition les subventions d’équilibre et baisser ce coût de formation, je pense qu’on pourrait démocratiser l’accès et assurer l’équité d’accès dans notre structure de formation à un plus grand nombre de camerounais.

Quel est votre effectif cette année ?

Pour cette année de formation, pour un effectif de 360 nous sommes pratiquement à 200, donc il y a un manque de 160 apprenants par rapport à l’effectif normal. Donc, nous sommes en baisse d’effectif cette année. Vous voyez que le gap est énorme et cela a un impact sur la qualité de la formation.

Quel est le mode de paiement ? Les apprenants payent-ils à la banque ou viennent-ils ici ?

Les apprenants payent à la banque parce qu’il faut sécuriser les fonds de l’Etat. Ce sont les deniers publics, il faut bien les gérer et le mode de paiement se fait à partir d’un numéro de compte lequel est donné aux apprenants et est logé dans les banques de la place.

Laisser un commentaire