Entrepreneuriat jeune : Mekit Invest présenté au public de Douala

DG de Mekit Invest

Mekit Invest. En vue de faire connaitre au monde entier en général et aux populations de la capitale économique camerounaise, Jean Calvin Mebenga, face à la presse, a déroulé le 10 octobre dernier les activités que mène le holding qu’il a mis sur pied en vue non seulement d’accompagner le gouvernement dans la lutte qu’il mène contre la pauvreté, mais également pour passer un message d’espoir à toute la jeunesse camerounaise.

Il faut oser, avait recommandé le président de la République alors qu’il s’adressait à la jeunesse camerounaise lors d’une édition de la fête qui leur est consacrée le 11 février de chaque année. Dans une autre circonstance, Paul Biya avait dit aux camerounais de ne pas toujours demandé à ce que le Cameroun fasse quelque chose pour eux, mais de voir ce qu’ils ont fait pour le Cameroun. Une recommandation qui va d’ailleurs en droite ligne avec ce qu’enseigne et indique son hymne national dans sa deuxième strophe, appelant les camerounais à travailler pour rendre prospère leur pays.

Un modèle Mekit Invest ?

C’est certainement conscient de tous ces aspects que le jeune Jean Calvin Mebenga qui est d’ailleurs passé par le monde des médias, s’est résolu de mettre sur pied un holding qui fait dans plusieurs activités, notamment dans le secteur des médias qu’il continue d’affectionner pour être passé par là ; le bâtiment et les travaux publics ; les systèmes de sécurité, l’éducation ; l’agro-industrie, l’archivage digital, les assurances ; les transports sans oublier l’humanitaire.

Compte tenu de l’immensité de ce programme, quoi de plus normal que de penser à informer le grand public au sujet des possibilités que Mekit Invest offre et qui contribueront à la lutte contre la pauvreté inscrite dans la politique du chef de l’Etat. Neuf structures, excusez du peu. Certains pourront penser à la démesure ; maos pour le jeune Jean Clavin Mebenga, c’est tout simplement faire preuve d’audace et surtout de courage, ce d’autant plus que le gouvernement a ouvert une grande brèche en facilitant la création d’entreprises au travers d’un allègement fiscal. Il aura donc suffi au jeune de convaincre les investisseurs à travers des projets à grand spectre d’absorption de main-d’œuvre et surtout bancables.

Au-delà de se positionner comme une tête de proue dans un monde où la digitalisation est devenue incontournable, Jean Clavin Mebenga voudrait faire comprendre à tous que la vision des grandes opportunités dont il est fait cas au cours du septennat en cours du chef de l’Etat, n’est pas une utopie. De réelles possibilités existent. Il suffit d’oser et qu’au-delà de l’audace, donner corps à ce qu’on entreprend réellement. « La pauvreté n’est pas une sanction », comme il aime à le dire.

Laisser un commentaire