Site icon Ça Presse

Concours « Villes propres » du Cameroun : quelles en étaient les termes de références ?

Lauréats coucours ville la plus propre du Cameroun

Lauréats coucours ville la plus propre du Cameroun

Si les commentaires vont bon train au sujet des résultats se rapportant à ce concours lancé par le ministère de l’habitat et du développement urbain, un rappel, au sujet des critères sur lesquels reposait ledit concours, mériterait est nécessaire d’être fait. Lancé par visioconférence, le 05 août 2020, par la ministre de l’Habitat et du développement urbain (Minhdu), Célestine Ketcha Courtès, le concours « Villes propres » a été organisé dans le cadre des préparatifs de la Journée mondiale de l’habitat (JMH) 2020 du Programme des Nations unies pour les établissements humains (ONU-Habitat).

D’après les termes de référence (TDR) de la compétition organisée par le Minhdu, trois (03) métropoles étaient sur la ligne de départ: Yaoundé (région du Centre), Douala (région du Littoral) et Buea (région du Sud-Ouest), la sélection de la commune la plus propre qui allait représenter sa ville au niveau de la compétition entre les 3 villes susmentionnées devait se faire en 2 étapes : au niveau de chaque ville, selon le Minhdu, chaque maire de la ville était appelé à s’approprier les règles et les modalités du concours bien établies et de lancer le concours au sein de sa ville en organisant des activités y relatives. Il lui revenait de mettre en compétition l’ensemble des communes pour les opérations générales de propreté et d’embellissement des espaces publics. À l’issue dudit concours, il revenait ainsi au comité local d’organisation de sélectionner, selon les critères prédéfinis, la commune la plus propre qui devait être son représentant.

Dans un second temps, la phase finale allait se jouer entre la commune la plus propre de chacune des 3 villes par un jury international. Pour ce faire, le jury se devait d’évaluer les concurrents au cours des descentes sur le terrain, sur la base des critères préalablement prédéfinis dans une grille transparente d’évaluation.

Un concours pour booster davantage la dynamique citoyenne

D’après Célestine Ketcha Courtès, lauréate du prix des Nations Unies du Service public 2014 du temps qu’elle était de la commune de Bangangté (Ouest-Cameroun), il aura été question « de booster davantage la dynamique citoyenne de propreté dans ces trois villes, mais aussi dans toutes les autres villes du pays ». L’objectif final étant « le renforcement de la participation collective des acteurs : élus locaux, autorités administratives et traditionnelles, populations…, dans l’entretien et la préservation de l’environnement urbain ». Les Objectifs de développement durable (ODD) 3, 6, 11 et 13 étant en ligne de mire. C’est donc en vue de galvaniser les acteurs et les parties prenantes que des appuis à travers des kits d’hygiène et assainissement (brouettes, machettes, gants, pelles, râteaux…) et autres cadeaux de motivation ont été remis aux communes.

Il convient de souligner à cet effet qu’au terme du Décret N°2012/384 du 14 septembre 2012 portant son organisation, le ministère de l’Habitat et du Développement urbain est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière d’habitat et de développement urbain. A ce titre, le Minhdu est chargé :

 En matière de développement urbain, il lui revient : 

Quitter la version mobile