Réaction des responsables de la Régie de dragage du PAD-Bonabéri

Navire au PAD Réactions

Votre journal a pu arracher quelques points de vue aux administrateurs de la Régie de dragage du Port Autonome de Douala-Bonabéri.

Beye Idriss, Délégué adjoint Régie de dragage

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur la particularité de la relance des activités. Quels sont les principaux défis qui vous attendent ?

« Merci d’abord pour la confiance qui a été portée en ma modeste personne. Pour répondre à la particularité de la relance du projet, nous partons d’une situation de contrat où l’activité a été internationalisée et confiée aux entreprises privées qui nous imposaient des coûts  donc le port vivait au rythme de ces entreprises et vous voyez le chantage que cela pouvait engendrer. « Aujourd’hui, nous sommes autonomes et nous allons pouvoir nous-mêmes maitriser les coûts » et exécuter nous-même les travaux selon notre guise et notre convenance, et aussi par rapport à nos principaux clients qui sont les navires qui entrent au Cameroun par le port de Douala.

Pour ce qui est des défis, nous démontrons que le Made in Cameroon a du potentiel à donner. Sur le plan local, nous avons la compétence. Nos défis seront de prouver au monde entier que nous n’avons pas forcément besoin des autres et que nous sommes capables de faire plus que les autres. Par rapport à notre fiche technique, nous aurons  le maintien, en matière de  navigation, de tous les équipements qui nous été confiés. Le port a lancé un recrutement très sérieux pour retenir les agents qualifiés et nous bénéficieront de l’accompagnement technique du constructeur. De plus, nous voulons prouver au pays de la sous-région que nous avons la technologie et nous allons vendre nos produits. »

Réaction : Ngondi Eboua Samuel, Directeur délégué Régie de dragage

Nous vous félicitons monsieur le Directeur délégué. Nous avons suivi les missions qui vous ont été assignées par la direction du port autonome de Douala. Comment entendez-vous  les remplir ? « Permettez-moi de dire le sentiment d’honneur qui m’est fait par  le gouvernement Camerounais  et par la direction générale du port autonome de Douala pour conduire le lancement des activités de la régie dragage.  Au-delà de l’honneur qui m’est fait, je sens le poids de la responsabilité qui est la mienne avec les collaborateurs. « Nous nous  devons de mobiliser, de piloter et de conduire l’ensemble des ressources », notamment celles techniques et surtout les ressources humaines qui doivent pouvoir partager la vision du gouvernement Camerounais et pouvoir exécuter toutes les tâches qui seront les nôtres en vue de l’autonomisation des dragages. Notre objectif est clair, car cette activité se doit d’être la plus efficace possible pour contribuer au développement du Cameroun à travers la performance du port autonome de Douala. »

Laisser un commentaire