Site icon Ça Presse

S.E. Paul Biya devient le chef d’Etat le plus tué dans les réseaux sociaux au monde

S.E. Paul Biya et l'ambassadeur de France au cameroun ce 16 avril 2020 au palais de l'Unité à Yaoundé

S.E. Paul Biya et l'ambassadeur de France au cameroun ce 16 avril 2020 au palais de l'Unité à Yaoundé

Réapparition à la télé de S.E. Paul Biya, le chef de l’Etat du Cameroun. Ses opposants continueront-ils dans ce ridicule ? Ils en ont fait un phœnix et le président le plus tué dans les réseaux sociaux. Paul Biya a une fois encore démontré qu’il mérite bien le nom de Highlander qu’on lui colle à la peau depuis un certain temps, aussi longtemps que son jour n’a pas été signé par celui qui l’a fait venir sur terre. On le disait mort ou confiné, fuyard devant le Coronavirus et incapable de prendre ses responsabilités de chef d’Etat. Certains, comme le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), ont même demandé à constater la vacance du pouvoir.

Ceci au mépris de la lutte contre le COVID-19 menée par le Gouvernement, présidée par le Premier ministre, Dion Nguté qui est le chef du Gouvernement et qui donc met en branle l’action du Gouvernement telle qu’elle est définie par le Président de la République, en conformité à la Constitution. Et ceci malgré de nombreux décrets signés par S.E. Paul Biya. Cette opposition a réussi le coup d’avoir des relais de leurs « inquiétudes » au niveau international par la diffusion de France 24 et RFI qui se sont demandés où se trouve Paul Biya. En fait si les Camerounais vivent cette situation dans laquelle chaque 3 mois, il se suppute à gauche et à droite que leur président est décédé, ce n’est pas toujours à cause des 86 ans de leur chef d’Etat qui marche encore droit et sans aide artificielle. Mais beaucoup  plus parce que l’opposition du Cameroun semble être dépassée par la longévité au pouvoir d’un homme qui a jusqu’à ce jour remporté toutes les élections organisées dans son pays. L’attente est très longue pour beaucoup.

Une opposition qui danse à la musique de S.E Paul Biya

Pour faire partir leur président, certains opposants ont misé sur le soulèvement populaire. C’est ainsi qu’après des marches interdites, ils sont tombés dans les fakenews, annonçant par là-même presque tous les trois mois la mort du président avec espoir que cela perturbera en leur faveur la marche du processus démocratique. Mais le Cameroun est un pays difficile, dont le citoyen n’obéit toujours pas à l’émotion négative suscitée par des acteurs politiques tapis dans l’ombre, parfois dans l’ombre même du Président de la république. Ce 16 avril 2020, alors que sur Facebook, Twitter et toutes autres possibilités de relais des fakenews possibles beaucoup avaient conclu à sa mort, S.E. Paul Biya reçoit l’ambassadeur de la France au Cameroun au Palais de l’Unité à Etoudi, vidéo à l’appui relayée par la chaîne nationale aux journaux de 17h (CRTV News) et les éditions complètes de 19h-30 et 20h-30.

« Je viens de recevoir au Palais de l’Unité, l’Ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou. Au menu de notre échange de cet après-midi: la gestion de la pandémie COVID-19 au Cameroun, en France et dans le monde. » S.E. Paul Biya

Une rencontre confirmée sur la page de l’Ambassade de France au Cameroun et sur celle personnelle de Paul Biya. Il serait temps peut-être de se demander si certains continueront encore ce jeu de fausses pistes et de fausses informations tout le temps de leur quête du pouvoir, au risque de devenir des acteurs les plus ridicules de l’arène politique camerounaise, voire ceux à qui l’ont ne peut plus accorder la moindre once de crédibilité dans toute l’histoire de la démocratie camerounaise. Ils sont là pour perdre le peuple, les éloigner des vrais batailles au lieu de les mener vers des combats louables, dignes et pour le progrès, voire pour la véritable renaissance du Cameroun.

Quitter la version mobile