BEAC : les pièces d’argent sont invisibles malgré l'annonce de Abbas Tolli

Pièces de monnaie de la BEAC

Le Gouverneur de la BEAC nous  rassure : les pièces ont déjà été livrées. Mais on se demande encore pourquoi, des six pays qui constituent notre CEMAC, seuls deux pays, le Cameroun et le Gabon, seront servis. La petite monnaie avait commencé à se faire rare sur les marchés de l’Afrique centrale. Presqu’en même temps que les billets. Abbas Mahamat Tolli, Gouverneur de la BEAC, ne fait pas dans la langue de Au sortir de la quatrième session ordinaire du Comité monétaire de la BEAC, on a compris que la menue monnaie manquait dans nos marchés, et que cette situation était en situation d’affecter la fluidité des échanges dans les économies de la Sous-région.

Première bonne nouvelle, la commande de pièces de monnaie reçues ne concernerait que les pièces de cent et de cinq cents Francs. Et pas les plus petites pièces de 50, 25, 10, 5 et 1 Franc. Le processus de livraison se poursuit toujours, selon le Gouverneur, et le Cameroun et le Gabon sont les premiers pays de la zone à en bénéficier. Cependant, le Comité monétaire de la BEAC voudra s’assurer que ces pièces de monnaie vont effectivement servir à payer ce pour quoi elles sont destinées, servir de monnaie de change (Legal tender), et pas à approvisionner des tenanciers de machines à sous ou, pire encore, pour servir de matière brute pour les forges Asiatiques. Depuis que la crise de la menue monnaie a éclaté dans nos pays, les langues se sont déliées. On apprend ainsi que les pièces de 50, 100 ou 500 Francs étaient très prisées par les forgerons Chinois. Récemment, à Douala, les forces de l’ordre ont mis la main sur un conteneur de pièces de « 100 Francs » en partance pour l’Asie.

La BEAC reprend du poil

Il se raconte ainsi que, comme matière première en Asie, il était plus rentable de faire fondre du métal obtenu en faisant fondre de la monnaie CFA. Semble-t-il, le fer obtenu après la fonte de la monnaie serait meilleur marché que le minerai de fer acquis sur le marché classique. Sur les six pays de la CEMAC, deux seulement, le Cameroun et le Gabon, bénéficieront de cette bouffée d’oxygène pour fluidifier son petit commerce. Alors que la récession est le lot de tous les pays de la zone économique et monétaire. Pour Abbas Mahamat Tolli, ces pays ont continué à plonger dans la récession. Le taux de croissance s’est établi à 2,5 % en 2019 contre 1,8 % en 2018, alors que l’inflation s’était maintenue à 1,9 % contre 2,2 % en 2018. La période de grâce accordée aux banques commerciales a été prorogée à fin décembre 2020.

Cette récession est due, selon le Gouverneur de la BEAC, aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et aux incertitudes autour du Brexit couplées à une chute de la production industrielle de la Chine. A propos du Franc CFA et l’entrée des pays de la CEDEAO dans l’ECO, Abbas Mahamat Tolli dit qu’il attend les propositions concrètes que la CEDEAO voudra bien lui faire au sujet des modalités de coopération avec les chefs d’Etat de l’Afrique centrale. Tandis que les autres pays traînent encore les pieds et que le Ghana se dit favorable à la nouvelle monnaie, l’ECO, sous certaines conditions. Pour le Président Nigérian, M. Bouhari : « le Nigeria est formel : si les pays de la zone Franc CFA ne quittent pas le Franc CFA en coupant tout lien avec le Trésor Français, le Nigeria n’entrera pas dans l’ECO ».

Laisser un commentaire