Tokoto Jean-Pierre : le grand artiste du ballon rond (première partie)

Tokoto Jean Pierre

Voir jouer Jean Pierre Tokoto était un véritable régal. Le talentueux joueur avait été retenu dans l’équipe type de la sélection mondiale de la mini-coupe en 1972 lors du 150ème anniversaire du brésil. Une carrière bien remplie. Jean-Pierre Tokoto pouvait jouer soit en ailier ou en demi-offensif et il était doté d’une remarquable technique. Quand il arrivera à Marseille et comme il sera le troisième étranger, il se contentera de jouer les remplaçants de luxe à cause de la présence des fameux Magnusson et Skoblar. Ce sera à Bordeaux et au PSG qu’il arrivera à montrer toutes ses qualités de bon footballeur. Ensuite avant de raccrocher, il ira tenter l’aventure du soccer américain en jouant dans différents clubs.

Jean-Pierre Tokoto est né le 26 janvier 1948 à Douala au Cameroun. Comme beaucoup de gamins dans ce pays, ce sera dans la rue qu’il apprendra à jouer au football. A l’époque habitant Akwa (quartier de Douala), le petit Jean-Pierre avait été passé un essai dans le club local, mais les dirigeants ne l’ont pas retenu car pour eux, il était trop jeune et surtout très fragile et qu’il fallait revenir dans un ou deux ans afin de refaire une tentative de test. Entre-temps, ayant déménagé dans un autre quartier (Bonanjo), il ira tenter sa chance dans Oryx Club de Douala (premier club à avoir gagné la coupe d’Afrique des Champions, la première de l’histoire) où l’entraîneur fut subjugué par les qualités de Tokoto et lui dira de venir jouer immédiatement dans son club. Il avait à peine quinze ans et là c’était sa première licence qu’il signait en club. Et au début comme le coach n’avait pas de gardien de but, il installera Jean-Pierre dans les cages, mais il s’en foutait du poste car il voulait jouer.

Début de Tokoto en France

Après quatre rencontres, un joueur de champ s’est tordu un genou et après sa guérison, il échangera son poste avec Tokoto et ce sera à ce moment qu’il commencera à évoluer en numéro 10. En six ans de présence au sein de l’équipe première de l’Oryx de Douala, le camerounais remportera ses premiers trophées avec quatre championnats (1963, 1964, 1965 et 1967) et deux coupes du Cameroun (1963 et 1968). Les anciens élèves du Lycée Joss de Douala de cette génération gardent dans leur esprit ce sportif multidimensionnel. Le stade de l’ancien centre de formation professionnelle a permis à Issa Tchiroma BAKARY, actuel Mincom, ancien pensionnaire de l’école des Métiers de chemins de fer et des habitants de Douala ville, amoureux du sport roi, de se régaler des gestes inédits de ce talentueux footballeur.

S’étant fait remarqué par des recruteurs de l’Olympique de Marseille, il quittera son Afrique natale pour aller évoluer en France afin de signer son premier contrat professionnel. Le feu follet de l’Oryx Club de Douala était de l’expédition du 07 février 1965 ayant arraché la première Coupe d’Afrique Des Clubs Champions à Ohene Djan Stadium à Accra. Mais à l’époque les clubs ne pouvaient aligner plus de deux étrangers pendant un match et à Marseille, il y avait déjà le togolais Franck Fiawoo, le suédois Roger Magnusson et le camerounais Yegba Maya Joseph qui aidera Tokoto à bien s’intégrer à l’intérieur du club phocéen. Ainsi, pour le championnat 68/69 les coaches qui se succéderont sur le banc phocéen (Robert Domergue, Jean Djorkaeff et Mario Zatelli) se serviront de Tokoto pendant onze matches. Il en profitera pour inscrire son premier but français qui maintiendra l’O.M en septième position. Avec seulement six points d’avance sur le premier relégable, Monaco. Marseille remportera cette année-là la coupe de France en battant par deux à zéro les Girondins de Bordeaux de Guy Calléja et Jacky Simon, mais Tokoto ne participera pas à la finale (il aura disputé une seule rencontre lors de cette compétition).

Laisser un commentaire