Cameroun : comprendre les performances mélioratives de Tradex

Tradex Cameroun

Tradex fait des progrès. Son approche stratégique différenciée n’en finit plus d’attester les performances de ce marqueter par un accroissement de ses parts de marché qui ont progressé de 16 % en 2012 à 19 % en 2016. Le ministère de l’Eau et de l’Energie vient de rendre publiques des statistiques des mises à la consommation en 2016 qui montrent que la Société Camerounaise Tradex détient 19 % des parts du marché national contre 16 % en 2012. Une performance à mettre à l’actif d’une approche stratégique singulière articulée autour des valeurs de qualité et d’innovation permanente de l’entreprise qui améliore ainsi, le niveau de satisfaction de sa clientèle.

Suffisant dès lors pour comprendre que ladite entreprise n’ait de cesse d’étendre son réseau afin de répondre au mieux aux sollicitations d’une clientèle dont le choix est davantage déterminé par des caractéristiques distinctives. Et ce n’est certainement pas un hasard si la progression des parts de marché de Tradex connaît une courbe ascendante, tant il est vrai que s’appropriant le fort taux de substitution des produits hydrocarbures, ladite entreprise a su octroyer aux siens, une identité remarquable en y adjoignant une plus-value tenant autant davantage de sécurité que d’un meilleur suivi des consommations de ses clients. En somme, l’on aura compris à Tradex, les motivations premières des consommateurs qui mettent au premier plan, sécurité, économie induite, rapport qualité-prix et surtout disponibilité. Toutes choses rendues possibles grâce à une écoute dynamique de la clientèle, elle-même adossée aux journées réseau qui leur sont consacrées. Aussi peut-on y voir au final, la résultante d’une quasi-personnalisation des prestations offertes par Tradex qui, en retour, voit ainsi ses produits et prestations plus prisés que ceux de la concurrence directe. Tradex devient ainsi le deuxième major national derrière le français Total Cameroun.

Satisfecit au sommet pour Tradex

Tradex est le partenaire de la Société camerounaise de dépôts pétroliers (18 %), de la Société camerounaise équatoriale de fabrication de lubrifiants (20 %), unique usine de lubrifiants au Cameroun. « Son évolution sur le terrain, en si peu de temps, est très remarquable et je suis particulièrement satisfait de la manière dont elle remplit son cahier des charges sur la base duquel elle a été agréée », commentait le Minee. Basile Atangana Kouna rappelle que Tradex, société nationale ayant obtenu son premier agrément le 23 avril 2004 pour la distribution de l’ensemble des produits pétroliers, dispose à ce jour d’un réseau de plus de 60 stations-service opérationnelles contre 175 pour Total Cameroun. Un différentiel important qui pourtant ne semble point influer sur les performances globales de cette entreprise qui lui valent le satisfecit de sa tutelle au plan ministériel.

Un constat qui peut d’autant plus s’expliquer que, lesdites performances sont accompagnées d’un engouement certain pour un réinvestissement conséquent de Tradex au plan local, par rapport au leader du secteur dans lequel il se meut. A preuve, autant on peut mesurer la transparence de celui-ci, autant en face on semble plutôt évoluer dans une certaine opacité. Ainsi, Tradex a réalisé un chiffre d’affaires de 231 milliards de FCFA en 2016, pour un résultat projeté à 9 milliards de FCFA. Celui-ci se déclinant, selon les segments du réseau de distribution industrielle, pour lequel ledit marqueter a écoulé 145 000 m3 de carburants, 626 tonnes de lubrifiants, 4994 tonnes métriques (TM) de gaz au cours de la période sous revue. Et, 188 000 m3 de carburants, 581 tonnes de lubrifiants et 7896 TM de gaz de pétrole liquéfié (GPL). En termes d’importations, Tradex a acheté 72 000 TM de GPL, pour ce qui concerne son réseau de distribution commerciale.

Laisser un commentaire